Gr__ce_et_d__nuement___Alice_FERNEY.jpg


Titre et commentaire sur ce titre : Grâce et Dénuement.
Les gitans ont la particularité d’être à la fois gracieux et misérables, dans le dénuement le plus complet et cependant du côté de la beauté, de la grâce. Ces deux postures sont en eux simultanées et indissociables.

Auteur : Alice Ferney

Édition/collection : Un endroit où aller - Acte Sud

Genre : littérature générale

Sujet : Les gitans, les livres, la violence, la mort

Lieux et époques dans lesquels se déroule l'histoire : L'histoire se passe a notre siècle, sans date précise, près d'une ville, mais son nom n'est pas cité.

Durée de l'action : Un ou Deux ans

Voix narratives : Narrateur omniscient

Personnages principaux :
Esther : C'est une jeune femme engagée dans la défense des gitans qui vient lire des histoires a leur enfants. Elle est calme et réfléchie tout en étant énergique.

Angeline : C'est la grand-mère du camp gitan, elle n'a au depard aucune confiance en Esther, la "Gadjé".
C'est une personne forte psychologiquement, elle est le centre du camp, tout tourne autour d'elle.

Les cinq fils de Angeline :
Simon, qui est appelé "le Simon" le grand fou, il perd petit a petit la raison et bas sa femme.
Lulu
Antonio, il est volage et trompe sa femme, pourtant on voit bien qu'il l'aime
Joseph,appelé "Moustique"
Angelo, le seul célibataire, il finira par tomber amoureux d'Esther.

Il y a aussi les belle-filles de Angeline ( Misia, Nadia, Milena et Hélena) et leurs enfants.

Résumé :

Esther, femme de 44 ans, travaillant dans une bibliothèque, adore lire, adore les livres.
C'est pourquoi elle va se rendre dans un camp de gitans pour lire des histoire aux enfants.
D'abord réticents, les parents vont la laisser faire, pour le plus grand plaisir des enfants qui l'adopterons très vite.
Puis les mère, les maris, et même la grand-mère Angeline vont l'apprécier, jusqu'à Angelo, le célibataire, qui va tomber amoureux d'elle.
Avec ses histoires, elle va passionner les enfants, les mercredi matin ou Esther viendra seront des moments de bonheur. L'une des filles va même aller a l'ecole grâce a ses supplication.

Mais des malheurs vont s'abattre sur cette famille, l'un des enfants perdra la vie, renversé par une voiture. "Le Simon", le "Grand fou" sera emmené par la police, sa folie prenant petit a petit le dessus.
Puis c'est Angeline qui partira, après avoir dit adieu, elle rejoindra son maris qu'elle a aimé comme une gitane doit aimer son maris : sans rien en retour. Elle avouera a Esther qu'elle la considère comme sa fille, qu'elle n'aurais jamais imaginé avoir une "Gadjé" (etrangère) pour fille.

Mais il repartirons a nouveau, le tête haute malgré la douleur, vivant comme les gitans qu'ils sont.
Esther les soutiendra jusqu'a la fin, et continuera a leur rendre visite, moins souvent, parce qu'il sont installé loin de chez elle.
Un mercredi matin par mois, elle reviendra leur lire des histoires.

Thèmes reliés a celui de la femme :

Le respect des uns envers les autres, quelle que soit l'origine, est un des thème les plus important et abordé de ce livre, tout comme les relations entre la femme et son maris.
La mort est elle aussi très presente.

A quel personnage vous êtes-vous identifié(e) ?

Je me suis identifiée aux femmes, Milena, Misia, Hélena et Nadia.
Très vite, on veut qu'il leur arrive des chose bien, quelle soit heureuse.
Malgré les problème que leur pose leur maris ( certaines sont battue, trompée..), elle reste forte, elle les aime encore.
On voudrais pouvoir etre aussi courageuse qu'elles.

Avis argumenté sur le livre :
C'est un livre tres émouvant et instructif, sur la facon de vivre des gitans, mais il nous apprend aussi a respecter l'autre.
Il arrive enormement de chose, de malheur auxd gitans, cependant, il y a toujour, apres cela, une etincelle de bonheur, amené par Esther et les enfants.
On s'attache a ses personnages tres réels et humains.

Un passage m'ayant particulièrement plu :

"Je t'attendais, dit Angeline. Ma fille ! dit-elle en prenant les mains d'Esther dans les siennes, et la peau des mains d'Esther était douce et blanche, celle des mains d'Angeline brune et rêche. Angeline dit : je voulais te dire merci. Il y a un proverbe chez nous, dit-elle, ça dit comme ça, Celui qui donne le respect reçoit le respect. Tu as mon coeur en plus, dit-elle. Elle regarda Esther. Jamais j'aurais cru ça, dit-elle, avoir une fille gadjé."